Bouton accs_abonnes

UdPPC
42 rue Saint-Jacques
75005 PARIS
Tél. : 01 40 46 83 80
Fax : 01 46 34 76 61
Gaz monoatomiques : présentation Imprimer Envoyer

LES ELEMENTS dits

« gaz rares, inertes, nobles ou monoatomiques »

LES ELEMENTS DE LA COLONNE 18.

 

 Généralités.

Initialement connus en tant que "gaz inertes" puis "gaz rares" (ce qui n'est pas tout à fait exact pour plusieurs d'entre eux), ils furent ensuite appelés "gaz nobles". L'appellation "gaz monoatomiques" est une autre appellation possible pour cette famille d'éléments qui sont tous gazeux et monoatomiques dans les conditions standard de température et de pression.

Cette famille d'éléments comprend : l'Hélium(He), le Néon(Ne), l'Argon(Ar), le Krypton(Kr), le Xénon(Xe), le Radon(Rn) et l'élément super lourd 118 (Uuo) dont la synthèse de quelques atomes a été réalisée récemment.

 

Place dans le tableau périodique.

Décelés par Cavendish en 1785 lors de ses études sur la composition de l’air et non caractérisés, absents lors de la création du tableau périodique par Mendeleïev en 1869, ces éléments n‘apparurent dans la classification périodique qu'à la fin du XIXe siècle grâce aux travaux de Rayleigh, Ramsay et Travers.

L'hélium ne fut découvert qu'en 1868 grâce à son spectre relevé lors d’une éclipse de soleil, l'argon, le krypton, le néon et le xénon entre 1894 et 1898. Il est remarquable que la découverte de l’argon par Rayleigh (à partir de mesures de densité), la découverte de trois autres gaz rares (Ne, Kr, Xe) par des expériences rigoureuses de séparation et des mesures spectroscopiques par Ramsay et Travers et la création d’un nouveau groupe de la classification périodique par Ramsay aient été célébrées la même année (1904) par un prix de Nobel de Physique et de Chimie. Le radon a suivi au tout début du XXe siècle.

 Une fois l'existence d’un nouveau groupe d'éléments établie, s'est posée la question de savoir où le placer dans le tableau périodique. Tout d'abord, cette famille fut placée à droite du tableau périodique dans une colonne indexée "0". Ce nombre rendait compte de leur inertie chimique (valence égale à zéro). Par la suite, on nomma cette colonne VIIIB, conformément à la présence de 8 électrons de valence (sauf pour l’hélium). Aujourd'hui, il s'agit de la colonne 18 du tableau périodique.

Cette colonne s’insère entre la colonne 17, celle des halogènes (ns2, np5) avec 7 électrons de valence (complétée à 8 électrons dans les ions halogénures) et la colonne 1, celle des alcalins avec un électron de valence dans la couche [gaz noble](n+1)s1. On revient à une sous couche à 8 électrons pour les ions alcalins.

 

Structure électronique.

Tous ces éléments, ont leur niveau de valence saturé (ns2, np6) (à l'exception de l'hélium : 1s2). La structure électronique de ces éléments présente une distribution spatiale de densité électronique parfaitement symétrique.

 

Réactivité.

Les gaz monoatomiques sont très peu réactifs du fait de leur structure électronique. On ne connait pas de composés de l’hélium et du néon. Ceux de l’argon sont exceptionnels. Quelques composés du krypton sont connus. La réactivité croît avec Z pour devenir notable dans le cas du xénon et du radon.

L’énergie de première ionisation est la plus élevée dans la ligne de la classification périodique à laquelle chaque élément appartient (augmentation du numéro atomique effectif dans la ligne). Elle diminue dans la famille avec Z croissant (augmentation du volume ou de la distance moyenne des électrons périphériques au noyau) : 2372 kJ.mol-1 pour l'hélium, 1170 kJ.mol-1 pour le xénon (à comparer avec les 1143 kJ.mol-1 de l'atome de brome et au 1175 kJ.mol-1 de O2).

Leur électronégativité n’est pas définie, à l’exception du xénon (2,6 dans l’échelle de Pauling).

Seul le xénon réagit notablement avec des oxydants très puissants (PtF6) pour donner Xe+[PtF6]-, analogue de O2+[PtF6]-,(voir ci-dessus les valeurs des énergies d’ionisation qui ont mis Bartlett sur la voie), qui a marqué le début de la chimie des gaz « inertes » (N. Bartlett, 1962), et le début de la fin de leur appellation « inerte », avec la préparation de centaines de composés du xénon. On connaît même un composé avec une liaison Xe-Xe+ (308.7 pm à -143°C .. soit la plus longue liaison élément-élément connue) : Xe2+[Sb4F21]-.

Les clathrates :

Ar, Kr et Xe forment des clathrates avec l'hydroquinone (1,4-dihydroxybenzène), trois molécules d'hydroquinone pour un atome de gaz, ainsi qu'avec l'eau : 46 molécules d'eau pour trois atomes de gaz (interactions hôte –réseau de type Van der Waals).

L'hélium et le néon ne donnent pas de clathrates;

Les clathrates représentent un moyen de stockage de ces gaz ainsi qu'une technique commode pour manipuler les isotopes radioactifs du Kr et Xe.

 

Propriétés physiques.

Leur nature monoatomique non polaire en fait des gaz quasi parfaits, ce qui justifie l'intérêt porté à leurs propriétés physiques.

Leur volume molaire à l’état solide augmente régulièrement avec Z.

Elément

He

Ne

Ar

Kr

Xe

Rn

Rayon

(VdW / pm)

99

160

191

197

214

 

Leur densité à l’état solide est comparable à celle des éléments voisins dans la classification.

 

Obtention.

L'hélium est essentiellement obtenu lors de la purification du gaz naturel de certains gisements. Il existe aujourd’hui une crise mondiale de production d’hélium.

Tous les gaz monoatomiques, à l'exception du radon, sont obtenus par distillation fractionnée de l'air liquide.

De l’hélium peut être isolé en petite quantité comme produit de désintégration (particules alpha).

 

Table : Informations essentielles sur la colonne 18

Nom du groupe :

famille des gaz nobles, rares, inertes, monoatomiques …

Eléments : He, Ne, Ar, Kr, Xe, Rn, Uuo

Numéros atomiques : de 2 à 118

Etat des éléments à 298 K : gazeux

Couleur des éléments : incolore

Structure électronique :

1s2 (He) et (ns)2(np)6

Groupe et colonne : 18

Bloc : bloc des éléments p

Classification : gaz rares et inertes

Pour en savoir davantage :

- Les Prix Nobel :

  1. http://nobelprize.org/nobel_prizes/physics/laureates/1904/

The Nobel Prize in Physics 1904 was awarded to Lord Rayleigh "for his investigations of the densities of the most important gases and for his discovery of argon in connection with these studies".

(2)  (http://nobelprize.org/nobel_prizes/chemistry/laureates/1904/

The Nobel Prize in Chemistry 1904 was awarded to Sir William Ramsay "in recognition of his services in the discovery of the inert gaseous elements in air, and his determination of their place in the periodic system".

- Les produits du jour sur le site de la SCF (Société chimique de France). L’hélium a été traité le 9 mars 2011

http://www.societechimiquedefrance.fr/produit-du-jour/helium.html

- sitographie.

- présentation des éléments hélium, néon, argon, krypton, xénon, radon.

  

Elément HELIUM

He - (Z = 2)

Structure électronique, configuration de l'état fondamental.

La configuration électronique de l'état fondamental est (1s)2.

Place dans la classification périodique.

Voir présentation des gaz monoatomiques (gaz nobles – colonne 18)

Abondance dans la nature.

Deuxième en abondance dans l'univers : 23% (après l'hydrogène 76%)

Sur terre, il s'en forme continuellement dans l'atmosphère et lors de certaines réactions nucléaires (), mais sa faible densité fait qu'il ne s'accumule pas au-delà de 0,0005 % dans l'air,

Principaux composés.

Pas de composés connus à ce jour.

Propriétés chimiques.

L'hélium est inerte chimiquement.

Principaux degrés d'oxydation.

0 (zéro).

Principales propriétés physicochimiques.

Gaz incolore et inodore.

Point de fusion : - 272.2 °C

Point d'ébullition : - 268.93 °C

L'état solide nécessite une pression élevée.

A basse température, l'hélium liquide a une viscosité très faible, c'est la superfluidité. Elle est observée pour 4He et 3He.

Propriétés atomiques et isotopes.

Il existe deux isotopes de l'hélium : 3He 0.000137 % et 4He 99.999863 %,

En radioactivité, les particules « alpha » sont des noyaux d'hélium 4.

Importance industrielle.

On trouve de l'hélium dans des gisements de gaz naturel – voir brochure Hélium du site Messer. L'hélium est utilisé pour gonfler les ballons sondes, les dirigeables, pour les mélanges gazeux utilisés en plongée à grande profondeur et la soudure (gaz inerte). Gaz vecteur en chromatographie. Fluide cryogénique, il est utilisé aussi dans le refroidissement des aimants supraconducteurs (RMN, IRM, accélérateurs) et la recherche à basses températures.

Toxicité-importance biologique.

Néant - http://www.reptox.csst.qc.ca/Produit.asp?no_produit=3848

Histoire, Date de la mise en évidence.

L'hélium est observé le 18 août 1868, par l'astronome français Jules Janssen : raie jaune brillante à une longueur d'onde de 587,49 nm dans le spectre du Soleil. Le 20 octobre 1868, l'astronome anglais Norman Lockyer observe la même raie jaune dans le spectre solaire.

Origine du nom et du symbole.

Le nom hélium provient du grec ἥλιος (helios) "le soleil".

En 1868, Norman Lockyer et Edward Frankland nomment cet élément d'après le mot grec ἥλιος (hélios) signifiant Soleil.

En 1882 Luigi Palmieri montre la présence d'hélium sur la Terre lors d'une analyse de la lave du Vésuve.

Le 26 mars 1895, le chimiste britannique Sir William Ramsay isole l'hélium sur Terre en travaillant sur une variété de pechblende.

En 1907, Ernest Rutherford et Thomas Royds démontrent que les particules « αlpha » sont des noyaux d'hélium.

L’hélium en un clin d'œil.

Table : Informations essentielles sur l'élément hélium.

Nom : Hélium

Symbole : He

Numéro atomique : 2

Masse atomique : 4.00260

Etat à 298 K : gaz

Couleur : incolore

dans la classification périodique

Groupe : 18

Nom du groupe : gaz nobles ou monoatomiques

Période : 1

Bloc : bloc des éléments p

Numéro CAS 7440-59-7

 

Retour à la liste des présentations des éléments de la colonne 18.

 

Elément NEON

Ne - (Z = 10)

 

Structure électronique, configuration de l'état fondamental.

La configuration électronique de l'état fondamental est (1s)2(2s)2(2p)6.

Place dans la classification périodique.

Voir présentation des gaz monoatomiques (gaz nobles – colonne 18)

Abondance dans la nature.

Le néon est le quatrième élément par ordre d'importance dans l'univers. Sur terre, il est présent dans l’atmosphère à une concentration de 0,0018 %(18 ppm), 0.00007 ppm dans la croute terrestre et 0.04 ppm dans les océans.

Principaux composés.

Pas de composés connus à ce jour.

Propriétés chimiques.

Le néon est inerte chimiquement.

Principaux degrés d'oxydation.

O (Zéro).

Principales propriétés physicochimiques.

Gaz incolore et inodore.

Température d'ébullition :-246,053 °C

Point de fusion : -248.59 °C

Densité 0,89990 g·l-1 (273 K)

Dans une lampe à décharge, le néon a la décharge la plus intense de tous les gaz rares et prend une teinte rouge orangé.

Le néon est un réfrigérant plus efficace et moins cher que l'hélium.

Propriétés atomiques et isotopes.

Il existe trois isotopes du néon : 20Ne (90,48 %), 21Ne (0,27 %), 22Ne (9,25 %)

Importance industrielle.

Le néon est obtenu par distillation fractionnée de l'air liquide.

Le néon est utilisé dans les lampes à décharge (couleur orangée), dans les écrans de télévision dits "plasma" en mélange avec le xénon. Il est aussi utilisé dans les lasers He-Ne.

Toxicité-importance biologique.

Néant.

Histoire, Date de la mise en évidence.

Le néon a été découvert en 1898 par Sir William Ramsay et Morris William Travers. L’histoire de la découverte (avec Kr et Xe) est l’objet de la conférence Nobel de Ramsay (1904). Un régal de l’esprit.

Origine du nom et du symbole.

Néon vient du grec νέος (neon) qui signifie "nouveau" (nouveau gaz inerte obtenu à partir de l’air)

Le néon en un clin d'œil.  

Table : Informations essentielles sur l'élément hélium.

Nom : Néon

Symbole : Ne

Numéro atomique : 10

Masse atomique : 20,1797 

Etat à 298 K : gaz

Couleur : incolore

dans la classification périodique

Groupe : 18

Nom du groupe : gaz nobles ou monoatomiques

Période : 2

Bloc : bloc des éléments p

Numéro CAS 7440-01-9

 

Retour à la liste des présentations des éléments de la colonne 18.

 

 

Elément ARGON

Ar - (Z = 18)

 

Structure électronique, configuration de l'état fondamental.

La configuration électronique de l'état fondamental est (1s)2(2s)2(2p)6(3s)2(3p)6

Place dans la classification périodique.

Voir présentation des gaz monoatomiques (gaz nobles – colonne 18)

Abondance dans la nature.

L'argon arrive au troisième rang des gaz les plus abondants dans l'atmosphère de la Terre (0,93 %), après l'azote et l'oxygène, ce qui a permis sa première identification par Rayleigh.

Principaux composés.

La première molécule impliquant l’argon (HArF) a été synthétisée en 2000.

Propriétés chimiques.

L'argon est inerte chimiquement.

Principaux degrés d'oxydation.

Zéro.

Principales propriétés physicochimiques.

Gaz incolore et inodore.

Point de fusion :-189.34 °C

Point d'ébullition :-185.89 °C

Densité : 1.784 g dm-3 (273 K)

L'argon40 est utilisé en datation : 40K – 40Ar.

Propriétés atomiques et isotopes.

Il existe cinq isotopes de l'hélium :

36Ar (0,336 %), 37Ar (traces), 38Ar (0,063 %), 39Ar (traces), 40Ar (99,6 %)

La composition isotopique de l'argon varie beaucoup à l'intérieur du système solaire selon qu'il est produit par les roches (40K – planètes telluriques)) ou par nucléosynthèse stellaire (soleil – planètes géantes).

Importance industrielle.

L'argon peut remplacer l'azote dans la plupart des applications sous atmosphère contrôlée. L'argon est utilisé pour éviter le contact, et donc l'interaction, entre le métal liquide et l'atmosphère ambiante, il est utilisé pour les opérations de dégazage en métallurgie, comme gaz de protection dans le soudage à l'arc et le découpage par plasma, l'argon est utilisé comme atmosphère inerte dans les lampes à incandescence

L'argon est utilisé comme gaz plasmagène, par exemple en spectroscopie ICP

L'industrie électronique utilise une atmosphère d'argon pour l'étirage des monocristaux de silicium et de germanium ainsi que dans la fabrication des semi-conducteurs.

Pour ses capacités d'isolation thermique, l'argon est utilisé comme gaz de remplissage des fenêtres à double vitrage.

Toxicité-importance biologique.

Néant.

Histoire, Date de la mise en évidence.

La découverte de l'argon est due à deux savants britanniques, Sir William Ramsay et Lord Rayleigh, en 1894. C'est en cherchant la cause d'une différence de masse molaire entre l'azote atmosphérique obtenu par élimination de l'oxygène de l'air et l'azote obtenu par décomposition de composés azotés qu'ils ont découvert l'argon . Cette réalisation valut à Lord Rayleigh le prix Nobel de physique en 1904. C’est la découverte des autres éléments « gaz inertes », Ne, Kr et Xe qui valut à Ramsay, la même année, le prix Nobel de chimie ((Cf. les références Nobel ci-dessus).

Origine du nom et du symbole.

L'argon doit son nom au grec αργόν (argos), qui signifie paresseux, inerte.

L’argon un clin d'œil.

Table : Informations essentielles sur l'élément argon.

Nom : Argon

Symbole : Ar

Numéro atomique : 18

Masse atomique : 39,948

Etat à 298 K : gaz

Couleur : incolore

dans la classification périodique

Groupe : 18

Nom du groupe : gaz nobles ou monoatomiques

Période : 3

Bloc : bloc des éléments p

Numéro CAS 7440-37-1

 

Retour à la liste des présentations des éléments de la colonne 18.

 

 

Elément KRYPTON

Kr (Z = 36)

 

Structure électronique, configuration de l'état fondamental.

La configuration électronique de l'état fondamental est (1s)2(2s)2(2p)6(3s)2(3p)6(3d)10(4s)2(4p)6

Place dans la classification périodique.

Voir présentation des gaz monoatomiques (gaz nobles – colonne 18)

Abondance dans la nature.

Dans l'atmosphère : 1.14 ppm

Dans la croute terrestre : 0.00001 ppm

Dans les océans : 0.0003 ppm

Principaux composés.

KrF2, synthétisé en 1963

Propriétés chimiques.

Le krypton est inerte chimiquement.

Principaux degrés d'oxydation.

Zéro.

Principales propriétés physicochimiques.

Point de fusion : -157,36°C

Point d'ébullition : -153,34°C

Masse volumique : 3,733 g·l-1 (273 K)

En 1960, le mètre fut défini à partir d'une caractéristique du krypton (1 650 763,73 fois la longueur d'onde dans le vide de la transition entre les niveaux 2p10 et 5d5 de l'isotope 86Kr.). En 1983, cette référence fut remplacée par la célérité de la lumière dans le vide.

Propriétés atomiques et isotopes.

Il existe six isotopes naturels du krypton :

78Kr (0,35 %) , 80Kr (2,25 %) , 82Kr (11,6 %) ,83Kr (11,5 %) , 84Kr (57 %) , 86Kr (17,3 %).

81Kr est utilisé pour dater les eaux souterraines (50,000–800,000 ans).

Importance industrielle.

Le krypton est utilisé comme gaz de remplissage dans les lampes à incandescence : les lampes au krypton produisent une lumière de haute intensité avec une longue durée de vie.

Les lasers utilisent le krypton pour fournir une longueur d'onde optique désirée. Le krypton est toujours mélangé à un halogène, généralement du fluor, pour produire les caractéristiques souhaitées. Les lasers de ce type sont appelés lasers "excimères".

Double vitrage : le krypton est utilisé avec l’argon en remplissage pour augmenter l'isolation thermique.

Toxicité-importance biologique.

Néant.

Histoire, Date de la mise en évidence.

Le krypton a été découvert en 1898 par Sir William Ramsay et Morris William Travers, sa découverte est consécutive à celle de l'argon. L’histoire de la découverte (avec Ne et Xe) est l’objet de la conférence Nobel de Ramsay (1904). Un régal de l’esprit.

Origine du nom et du symbole.

Le nom vient du grec " κρυπτός" (kryptos), qui signifie caché.

Le krypton en un clin d'œil.  

Table : Informations essentielles sur l'élément krypton.

Nom : Krypton

Symbole : Kr

Numéro atomique : 36

Masse atomique : 83.798    

Etat à 298 K : gaz

Couleur : incolore

dans la classification périodique

Groupe : 18

Nom du groupe : gaz monoatomiques

Période : 4

Bloc : bloc des éléments p

Numéro CAS 7439-90-9

 

Retour à la liste des présentations des éléments de la colonne 18.

 

 

Elément XENON

Xe (Z = 54)

 

Structure électronique, configuration de l'état fondamental.

La configuration électronique de l'état fondamental est (1s)2(2s)2(2p)6(3s)2(3p)6(3d)10(4s)2(4p)6(4d)10 (4f)14 (5s)2 (5p)6.

Place dans la classification périodique.

Voir présentation des gaz monoatomiques (gaz nobles – colonne 18)

Abondance dans la nature.

Atmosphère : 0.086 ppm

Croute terrestre : 0.000002 ppm

Océans : 0.00004 ppm

Principaux composés.

La plupart des composés du xénon contiennent du fluor ou de l'oxygène : difluorure de xénon XeF2, tétrafluorure de xénon XeF4, hexafluorure de xénon XeF6, perxénate de sodium Na4XeO6,8H2O (qui est un oxydant puissant), trioxyde de xénon XeO3 (explosif), tétraoxyde de xénon XeO4, l'oxytétrafluorure de xénon XeOF4, dioxydifluorure de xénon XeO2F2, etc.

Propriétés chimiques.

Le xénon ne réagit qu'avec les oxydants très puissants (Cf. généralités du groupe).

Gaz inerte, il est oxydé par des oxydants très puissants, de nombreux composés du xénon ont ainsi pu être synthétisés.

Principaux degrés d'oxydation.

0 ; +II ; +IV ; +VI , +VIII

 Principales propriétés physicochimiques .

Le xénon est un gaz incolore et inodore.

Masse volumique 5,887 g.L-1 (gaz)

Point de fusion : -111.75 °C

Température d'ébullition : -108.0 °C

Le fait d'être monoatomique en fait un gaz quasi parfait.

Propriétés atomiques et isotopes.

Il existe neuf isotopes naturels de xénon :

124Xe (0.10 %) ,126Xe (0.09 %), 128Xe (1.91%) ,129Xe (26.4 %), 130Xe (4.1 %), 131Xe (21.2 %),

132Xe (26.9 %), 134Xe (10.4 %), 136Xe (8.9 %).

L’isotope 129Xe présente un spin nucléaire I = ½. Monoatomique, est polarisable en fonction de l’environnement électronique et cela lui confère des propriétés de sonde locale utilisée en RMN multinoyaux.

Importance industrielle.

Le xénon est obtenu en petites quantités à partir de la distillation fractionnée de l'air liquide.

Le xénon est beaucoup plus cher que les autres gaz nobles.

L'excitation électrique du xénon produit une lumière d’un blanc éclatant, les lampes à décharge au xénon ont une température de couleur proche de celle du soleil. Le xénon est utilisé pour le remplissage des lampes flash, il est utilisé depuis peu pour les phares d'automobile.

Le laser à excimères de chlorure de xénon a été utilisé par exemple pour des applications en dermatologie. Dans le domaine de la médecine, le xénon peut être utilisé en anesthésie, mais il intervient également dans des dispositifs d'imagerie médicale (émission gamma du radio-isotope 133 du xénon).

Le xénon est le carburant le plus couramment utilisé pour la propulsion ionique des engins spatiaux. Il est aussi employé dans les chambres à bulles et l'industrie des réacteurs nucléaires.

Toxicité-importance biologique.

Utilisation en anesthésie.

Histoire, Date de la mise en évidence.

Le xénon a été découvert le 12 juillet 1898 par William Ramsay et par Morris William Travers par analyse spectrale du gaz résiduel obtenu après avoir éliminé le dioxygène et le diazote de l'air. L’histoire de sa découverte (avec Ne et Kr) est l’objet de la conférence Nobel de Ramsay (1904). Un régal de démarche scientifique.

Origine du nom et du symbole.

Le nom xénon vient du mot grec ξένος (xenos) qui signifie étranger.

Le xénon en un clin d'œil.

Table : Informations essentielles sur l'élément xénon.

Nom : Xénon

Symbole : Xe

Numéro atomique : 54

Masse atomique : 131.293

Etat à 298 K : gaz

Couleur : incolore

dans la classification périodique

Groupe : 18

Nom du groupe : gaz nobles ou monoatomiques

Période : 5

Bloc : bloc des éléments p

Numéro CAS 7440-63-3

 

Retour à la liste des présentations des éléments de la colonne 18.

 

 

Elément RADON

Rn (Z = 86)

 

Structure électronique, configuration de l'état fondamental.

La configuration électronique de l'état fondamental est (1s)2(2s)2(2p)6(3s)2(3p)6(3d)10(4s)2(4p)6(4d)10 (4f)14 (5s)2 (5p)6(5d)10 6s)1 (5p)6.

Place dans la classification périodique.

Voir présentation des gaz monoatomiques (gaz nobles – colonne 18)

Abondance dans la nature.

Tous les isotopes du radon sont issus de réactions de désintégrations nucléaires. De plus ils subissent eux-mêmes des transformations nucléaires. Il est donc difficile d'en déterminer l'abondance dans la nature. Voir isotopes les plus stables.

Principaux composés.

Pas de composés connus à ce jour, le radon devrait réagir avec le fluor.

Propriétés chimiques.

Le radon est inerte chimiquement.

Principaux degrés d'oxydation.

Zéro.

Principales propriétés physicochimiques.

Le radon est un gaz incolore et inodore.

Masse volumique : 9,73 kg/m3

Point de fusion : -71 °C

Température d'ébullition : -61,7 °C

Propriétés atomiques et isotopes.

Il existe 34 isotopes de radon connus jusqu'à ce jour. Seuls 3 de ces isotopes se rencontrent dans la nature :

222Rn – 100 % - demi vie : 3,824 j. émetteur « alpha ».

220Rn -             - demi vie : 55,6 s. émetteur « alpha ».

219Rn -             - demi vie : 3,96 s. émetteur « alpha ».

Importance industrielle.

Le radon est utilisé comme traceur pour des masses d'air. En médecine, il est utilisé dans le traitement de certains cancers.

Les règles de construction d’habitations sur des terrains à forte teneur en radon (roches granitiques) sont très strictes.

Toxicité-importance biologique.

Le radon est carcinogène : voir sitographie.

Histoire, Date de la mise en évidence.

Le radon a été découvert en 1899 par Robert Bowie Owens et Ernest Rutherford et beaucoup d'autres chercheurs l'identifièrent ensuite. Ce n'est qu'en 1908 que William Ramsay et Robert Whytlaw-Gray isolent ce qu'ils appellent niton. De nombreux autres noms (thoron, actinon, émanation,…) furent attribués à cet élément, selon l’élément ou du minerai qui l’émettait.

Origine du nom et du symbole.

C'est en 1923 que le sixième élément de la famille des gaz rares prit le nom de radon, tout simplement parce que l'isotope le plus stable provient de la désintégration nucléaire du radium.

Le radon en un clin d'œil. 

Table : Informations essentielles sur l'élément radon.

Nom : Radon

Symbole : Rn

Numéro atomique : 86

Masse atomique : 222.0176

Etat à 298 K : gaz

Couleur : incolore

dans la classification périodique

Groupe : 18

Nom du groupe : gaz monoatomiques

Période : 6

Bloc : bloc des éléments p

Numéro CAS 10043-92-2

Pour en savoir davantage :

- Les Prix Nobel :

(3)  http://nobelprize.org/nobel_prizes/physics/laureates/1904/

The Nobel Prize in Physics 1904 was awarded to Lord Rayleigh "for his investigations of the densities of the most important gases and for his discovery of argon in connection with these studies".

(4)  (http://nobelprize.org/nobel_prizes/chemistry/laureates/1904/

The Nobel Prize in Chemistry 1904 was awarded to Sir William Ramsay "in recognition of his services in the discovery of the inert gaseous elements in air, and his determination of their place in the periodic system".

- Les produits du jour sur le site de la SCF (Société chimique de France). L’hélium a été traité le 9 mars 2011

http://www.societechimiquedefrance.fr/produit-du-jour/helium.html

- sitographie.

- présentation des éléments hélium, néon, argon, krypton, xénon, radon.

 

Retour à la table des matières « la classification : un dossier… »